Edouard Michael - Edward Michael (1921-2006)

Un grand compositeur ˆ redŽcouvrir

 

 

1 - Musique orchestrale :

2 - Musique de chambre

Oeuvres d'Edouard Michael pour orchestre(s) ˆ cordes :

- Initiation  pour orchestre ˆ cordes (sorte de symphonie). 18'30 (Editions Choudens)

- LÕOracle   pour orchestre ˆ cordes (ou quatuor ˆ cordes). 33Õ  (non ŽditŽ)

- La Qute de Koussouda  pour harpe et orchestre ˆ cordes. 12Õ30  (non ŽditŽ)

- Les SoirŽes de Tedjlah  pour mezzo soprano, (vocalise) deux flžtes, piano et orchestre ˆ cordes (mention Prix Vercelli). 20' (E. Transatlantique)

- Messe  pour choeurs mixtes, deux orchestres ˆ cordes, cŽlestat, harpe, glockenspiel et percussions. 36 ' (E. Ricordi)

___________________________________________________________________________

Initiation sur des Modes Anciens pour orchestre ˆ cordes (sorte de symphonie) 18'30 - (Editions Choudens)

Trois mouvements :
1 - La Fontaine de Vie
2 - Rite d'Initiation
3 - Danse d'Exultation

L'oeuvre a ŽtŽ exŽcutŽe pour la premire fois en 1968 par l'Orchestre de Lille dirigŽ par Victor Clovez et une nouvelle fois en 1969 par l'Orchestre de Nice sous la direction de Paul Mule.

___________________________________________________________________________

LÕOracle    pour orchestre ˆ cordes 33Õ - (non ŽditŽ)

Quatre mouvements :
1 - Le Prophte
2 - La RŽvŽlation
3 - L'annonce
4 - Psaume

Peut Žgalement tre jouŽe par un quatuor ˆ cordes avec contrebasse ad libitum.

Indications du compositeur sur la partition :
A part sa simplicitŽ voulue, cette oeuvre est d'un caractre modal, ˆ la fois archa•que et moderne.Elle est entirement construite sur des thmes et des ŽlŽments tirŽs des premier et deuxime mouvements. Le Scherzo et son Trio sont fondŽs sur le motif par lequel dŽbute le premier mouvement, avec des rythmes diffŽrents. Le dernier mouvement est b‰ti sur des fragments tirŽs du deuxime thme des premier et deuxime mouvements. (RemaniŽ ˆ Madras, septembre 1973.)

Dans une prŽsentation gŽnŽrale du compositeur et de ses oeuvres parue en 1963, la Revue Musique Žcrivait au sujet de cette oeuvre :
"Ecriture modale. Caractre ˆ la fois religieux et dramatique. Les quatre mouvements sont construits sur la premire idŽe du premier mouvement. L'Allegro moderato est Žcrit dans la forme sonate et sous-titrŽe "Le Prophte". Le Lento : "La RŽvŽlation" est en trois parties A B A2. Le Scherzo : "L'Annonce" est de caractre mystŽrieux et de forme classique. Enfin l'Adagio final "Psaume" est une rŽcapitulation de tous les ŽlŽments thŽmatiques et il est construit dans la mme forme ternaire que le Lento."

___________________________________________________________________________

La Qute de Koussouda  pour harpe et orchestre ˆ cordes 12Õ30 - (non ŽditŽ)

Cinq mouvements :
1 - Angoisse et dŽsir  de Koussouda pour la DŽesse de l'amour
2 - Le dŽpart pour la qute du palais de jade.
3 - La lutte avec le dragon invisible
4 - A l'intŽrieur du palais de jade de la DŽesse
5 - Le rituel d'initiation de Koussouda

Harpe, Cordes et cymbale antique (note mi)  - cymbale antique ad libitum.

LÕĻuvre a ŽtŽ jouŽe en 2001 lors du festival Ē un printemps musical ˆ Fresnes Č ˆ lՎcole nationale de musique (directeur de lÕenm Jean Jacques Werner) dirigŽ  par HervŽ Moinard.

___________________________________________________________________________

Les SoirŽes de Tedjlah  
pour mezzo soprano vocalise (ou un hautbois) deux flžtes, piano et orchestre ˆ cordes (mention Prix Vercelli) 20' - (Editions Transatlantique)

Cinq Nocturnes :
Mezzo Soprano  (vocalise) ou haubois
Deux flžtes, Piano et Cordes (les parties de cordes peuvent tre exŽcutŽes par un simple quatuor ˆ cordes si nŽcessaire (contre-basse ad libitum)

Tedjlah est une conteuse. Chacun de ces cinq nocturnes exprime une histoire sans parole qui laisse ˆ l'auditeur la libertŽ de voyager dans son imaginaire. L'oeuvre a ŽtŽ exŽcutŽe pour la premire fois en 1960 sous la direction de l'auteur et une seconde fois en 1961 ˆ l'Ecole Normale de Musique avec le concours de NoŽmie PŽrugia sous la direction de l'auteur.

___________________________________________________________________________

Messe pour choeurs mixtes, deux orchestres ˆ cordes, harpe, cŽlesta, glockenspiel et percussions 36' - (Editions Ricordi)

Sopranos, Alto, TŽnors,
BassesTimbales, Grand Tam-Tam grave, Cymbales, Glockenspiel, CŽlesta, Harpe
Deux orchestres ˆ cordes.                 

Cette Messe se compose des cinq mouvements habituels dans la liturgie catholique : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus Dei. Le texte est en latin. 
L'auteur Žtait ‰gŽ de trente-trois ans lorsqu'il entreprit l'Žcriture de cette oeuvre qui lui demanda neuf mois de travail. MalgrŽ sa jeunesse, il y montre, comme dans toutes ses autres oeuvres, une ma”trise de l'orchestration tout ˆ fait remarquable.                 

Elle a ŽtŽ exŽcutŽe une premire fois en 1956 par l'orchestre de Radio-France sous la direction d'Eugne Bigot. Une seconde exŽcution eut lieu en 1963, ˆ nouveau dirigŽe par Eugne Bigot. Cette deuxime exŽcution a ŽtŽ rediffusŽe plusieurs fois sur France- Musique, la dernire en date dans l'Žmission "Avis de Recherches" en 1988.
C'est une oeuvre profondŽment religieuse, trs mystŽrieuse, aux Žtranges couleurs orchestrales qui lui donnent un caractre byzantin.  En dŽpit du fait que cette musique est restŽe tonale, elle donne nŽanmoins ˆ l'auditeur l'impression d'tre Žtonnamment nouvelle et originale.
L'oeuvre est b‰tie sur des modes anciens. L'utilisation de la harpe, du cŽlesta et du glockenspiel, associŽs aux deux orchestres ˆ cordes et aux percussions, crŽe, ˆ travers l'oeuvre entire, une atmosphre irŽelle et mystique.

A l'occasion de la diffusion de l'oeuvre ˆ la radio en 1963, Nadia Boulanger, dont il fut l'Žlve, lui Žcrivit:   
ŅIn spite of the storm, was able to hear your Mass, dear Edouard Micha‘l, and was very impressed by the emotion it transmits. The authenticity of its expression, really moving. "    ("En dŽpit de l'orage, j'ai pu Žcouter votre Messe, cher Edouard Micha‘l, et j'ai ŽtŽ trs impressionnŽe par l'Žmotion qu'elle transmet. L'authenticitŽ de son expression est rŽellement Žmouvante.")  
Par ailleurs, Nadia Boulanger a rapportŽ au compositeur que, lors de l'attribution aux Etats-Unis du prix Lily Boulanger ˆ son Nocturne pour flžte et orchestre, Stravinsky, qui Žtait dans le jury, avait ŽvoquŽ la Messe en dŽclarant que c'Žtait l'une des messes les plus belles et les plus originales qu'il ait jamais entendu, et qu'il Žtait extrmement frappŽ par la finesse et la subtilitŽ des couleurs orchestrales employŽes.

Le chef d'orchestre Eugne Bigot lui Žcrivait en mars 1958 :"J'ai gardŽ le meilleur souvenir de votre oeuvre et de vous-mme... Je vous souhaite le beau succs que vous mŽritez et vous prie d'agrŽer l'expression de mes sentiments bien sympathiques."

Dans une prŽsentation gŽnŽrale du compositeur et de ses oeuvres parue en 1963, la Revue Musique Žcrivait au sujet de la Messe:
".... Son style, influencŽ par le plain-chant oriental, est colorŽ et de caractre mystique. L'Žcriture harmonique, bien que modale, n'en sonne pas moins de faon originale." 

Extrait du rapport dՎcoute concernant le concert du 26 septembre 1956, chaine nationale, ORTF, donnŽ par lÕorchestre radio-symphonique de Paris sous la direction dÕEugne Bigot :
ŅImpression dÕensemble : ExŽcution soignŽe, vivante et expressive de deux oeuvres riches en musique et dont la juxtaposition para”t assez heureuse .Programme : 1) ŅPsychŽÓ de CŽsar Franck.2) ŅMesseÓ pour choeurs et orchestre dÕEdouard Micha‘l.
LÕinscription pour la premire fois au programme de lÕorchestre radio-symphonique dÕune oeuvre dÕEdouard Micha‘l motivait une brve prŽsentation. Cette oeuvre sincre et vivante se montre attachante par la fra”cheur de son inspiration et un mŽlange heureux dÕarcha•sme et de modernisme, le style en est simple, direct, original sans outrance ; lÕorchestration trs fine de coloris. Les choeurs sont bien traitŽs, dans une bonne tessiture. Le Sanctus et lÕAgnus Dei ne manquent ni de grandeur, ni de profondeur, ni de caractre et comportent des moments de mysticisme authentique, dՎmotion communicative. LÕensemble est musical, bien venu.
InterprŽtation : Excellente exŽcution, soignŽe et prŽcise, etc...Ó

Ņ...Merci de mÕavoir signalŽ la Messe dÕEdouard Micha‘l, diffusŽe ˆ lÕheure du dŽjeuner.   Je lÕai ŽcoutŽe avec tant dÕattention que je ne me suis pas aperu que jÕoubliais de savourer lÕexcellent plat que lÕon mÕavait servi... NÕy voyez nul reproche, ni mme de regret, mais la preuve que cette Messe est curieusement attachante par sa sincŽritŽ. Et lÕon y sent ce que vous appelez ŅlՎlŽvation dÕesprit.Ó Merci donc.Ó   1956. AndrŽ Cadou, compositeur et chef dÕorchestre, Chef titulaire de la Musique de la ComŽdie Franaise.

"Musique et Radio" Žcrivait  Fin 1961 :  
ŅLÕattention du monde musical a ŽtŽ particulirement attirŽe sur Edouard Micha‘l depuis les deux exŽcutions de sa Messe  ˆ la radio franaise (Messe pour choeur, deux orchestres ˆ cordes, cŽlesta, harpe, glockenspiel et percussion). Disons tout de suite que cette oeuvre de haute inspiration ne peut pas laisser indiffŽrent.  
Et jÕinsiste en soulignant dÕun trait rouge que cette Messe  ne peut pas laisser indiffŽrent le vŽritable public  Ń ce qui est assez rare pour une oeuvre contemporaine Ń car en somme la musique nouvelle nÕest pas faite pour plaire seulement aux critiques musicaux !  
On devine chez ce compositeur une rŽelle puissance dÕexpression, une originalitŽ assez Žtonnante qui situe une authentique personnalitŽ de crŽateur et enfin un mŽtier trs poussŽ.   
Mais le cas de ce musicien nous permet de constater une fois encore quÕil nÕest pas besoin de faire appel ˆ ces procŽdŽs dits dÕavant-garde pour crŽer un langage neuf ou une faon de sÕexprimer qui nÕemprunte pas les formules courantes de lՎcriture. Sans compter que lÕemploi du dodŽcaphonisme par exemple enlve toute entitŽ dŽfinie ˆ la musique basŽe sur ce systme et toute personnalitŽ aux compositeurs qui croient na•vement faire de lÕoriginal !  
Cet authentique crŽateur, Edouard Micha‘l, est nŽ en Angleterre de parents orientaux et vŽcut dans plusieurs contrŽes dÕOrient (dont Bagdad) jusquՈ lՉge de 19 ans. Il vint ensuite poursuivre ses Žtudes de violon et de composition ˆ Londres. Ses professeurs furent Berthold Goldsmith, Matyas Seiber et, ˆ Paris, Nadia Boulanger.Ó  

 

 

Retour haut de page

 

 

į        

į        

į        

į